dimanche 2 avril 2017

L'antispécisme, un truc enfantin?

J'ai remarqué que la cause animale était rarement prise au sérieux, et le fait de devenir vegan comme un acte immature, et, dans un sens qui se veut péjoratif par ceux l'emploient, enfantin.
Il est vrai que les enfants sont les premiers à comprendre le principe du veganisme quand on leur explique:
En tous cas, jusqu'à ce que les adultes tentent de lui inculquer le contraire:

Quel que soit la simplicité "enfantine", justement, du raisonnement de base (=il ne faut pas faire de mal aux animaux), on instaure peu à peu une construction mentale pour aller à l'encontre de ce principe de base et donc accepter les diverses souffrances infligés aux animaux non humains comme des souffrances inévitables, voir nécessaire à la survie de l'homme, voir de l'animal en lui-même (quand par exemple on justifie les zoos ou les élevage en disant que leur disparition entrainerait la disparition de l'espèce).

C'est ce qu'on appelle la dissonance cognitive. C'est comme un mur de raisonnement entre les faits et notre conscience.

J'étais beaucoup plus dans une certaine innocence quand je croyais que les élevages bio c'était presque trop beau pour les animaux, que la chasse c'était pour réguler et les abattoirs un endroit auquel je n'avais jamais vraiment pensé.


4 commentaires:

Anonyme a dit…

Preuve que le regard sur les enfants doit progresser aussi!
Je pense à cette citation:
"A tous les adultes
Vous dites :
C'est fatigant de fréquenter les enfants.
Vous avez raison.
Vous ajoutez :
Parcequ'il faut se mettre à leur niveau, se baisser, s'incliner, se courber,se faire petit.
Là vous avez tort.
Ce n'est pas cela qui fatigue le plus.
C'est plutôt le fait d'être obligé
de s'élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments.
De se hisser sur la pointe des pieds pour ne pas les blesser."

Spontanément les enfants et les ados sont sensibles et réceptifs à la cohérence paroles/actes.
C'est eux qui viennent réclamer du sens dans le quotidien, qui viennent interroger le bien-fondé des codes sociaux.
Et c'est tant mieux :-)
Alors "enfantin" devrait être un beau compliment!
;-)
Merci pour votre blog, très inspirant.
New40.

veggie poulette a dit…

Merci! Oui, "enfantin" ne devrait pas être un synonyme d'"immature" ou de naïveté, car un enfant n'est pas un être en devenir, c'est une personne tout court.

Porquépique a dit…

Oui... Bon, cela dit, invoquer la cohérence interne comme facteur justifiant, c'est légèrement périlleux. Je veux te tuer/je le fais. Je suis le plus fort/je fais comme je le dis. le plus cohérent est finalement souvent le plus puissant. Bref, il est préférable de ne pas nécessairement mettre la cohérence, qui est nécessaire, comme raison suffisante. Et reconnaître la faiblesse, l'impuissance, le fait que tout ne va pas toujours "dans le même sens", bref la condition vivante, est alors condamné.

veggie poulette a dit…

Je suis désolée, mais j'ai rien compris à ce dernier commentaire ^^.